Autour de Spiennes

Le blog des mines néolithiques de Spiennes et de l'archéologie en Wallonie

24 novembre 2006

Classement de notre site web sur les moteurs de recherche

Filed under: SRPH,Sur le Web — Jean-Louis Dubois @ 14:14

Note : Cet article n’a rien Ă  voir avec l’archĂ©ologie…
Rating
Nous avons pu mesurer la popularitĂ© de notre site web http://MinesDeSpiennes.org dans divers moteurs de recherche. La table ci-dessus montre la position (la popularitĂ© donc) du site MinesDeSpiennes.org sur divers moteurs de recherche. Par exemple, le mot « spiennes », retourne l’url http://www.MinesDeSpiennes.org en cinquième position sur Google et Yahoo, alors que la mĂŞme adresse est deuxième sur MSN.COM. La recherche « neolithique belgique » donne des rĂ©sultats diffĂ©rents (voir deuxième table). Rating
Notez que ces valeurs ont Ă©tĂ© mesurĂ©es Ă  partir d’un système Ă  l’aune du monde vu de l’AmĂ©rique du Nord, et noie en quelque sorte la recherche dans les milliards de documents en anglais, mandarin et francais… Si vous exĂ©cutez ces requĂŞtes sur le site www.google.be, par exemple, qui donne plus de poids aux sites belges et francophones, la mĂŞme recherche va probablement situer le site de la SRPH en première position. Un peu d’explication : la première place dans la liste est avantageuse, car de nombreux internautes ne vont pas au-delĂ  de la première page visible des resultats d’une recherche quelconque, ce qui explique des batailles enragĂ©es entre gestionnaires de sites internet, lorsque l’enjeu est financier ou commercial.
Plus d’informations : cet article Tout savoir sur le PageRank de Google, la page Wikipedia, et l’outil qui permet de comparer les « scores » obtenus au moyen d’un mot-clĂ©, sur diffĂ©rents moteurs de recherche.

21 novembre 2006

Benoit Clarys : l’homme qui fabrique des visages disparus

Filed under: Presse & Medias,SRPH — Jean-Louis Dubois @ 10:10

Benoit ClarysBenoit Clarys, le dessinateur-prĂ©historien le plus connu en francophonie, est l’objet d’un article (Ă©crit par Annie Delfosse), dans le journal de la Ligue des Familles. Il y explique son travail, entre autres celui qui lui permet de restituer un visage Ă  partir du moulage d’un crâne, « habillĂ© » de ses muscles et de sa peau.
Rappelons que Benoit Clarys a rĂ©alisĂ© les illustrations de l’exposition « Mineurs d’un autre âge », dĂ©jĂ  prĂ©sentĂ©e Ă  Mons, Bavay, Namur, et qui doit ĂŞtre Ă  nouveau montĂ©e Ă  la Bibliothèque de Lecture Publique, Ă  Louvain-la-Neuve, en mars 2007; certaines de ces illusarations sont reprises sur notre site web.  Article Ligueur 15nov2006

20 novembre 2006

GĂ©nĂ©tique: si peu de NĂ©andertal en nous…

Filed under: Presse & Medias,Publications — Jean-Louis Dubois @ 8:08

Le journal LibĂ©ration publie un article, Ă  propos de la parution d’Ă©tudes de l’ADN effectuĂ©es sur les nĂ©anderthals trouvĂ©s en Europe. Ces Ă©tudes indiquent que les deux espèces ont divergĂ© entre 500 000 ans et 370 000 ans et qu’il ne reste pas beaucoup de NĂ©andertal en nous… Voici une traduction du rĂ©sumĂ© de l’artcile publiĂ© dans « Nature » par l’Ă©quipe de chercheurs de Leipzig.

Neanderthal est le groupe hominidĂ© Ă©teint le plus Ă©troitement liĂ© aux humains contemporains, aussi leur gĂ©nome offre une occasion unique d’identifier les changements gĂ©nĂ©tiques spĂ©cifiques Ă  l’homme d’aujourd’hui. Les chercheurs ont identifiĂ© un fossile Neanderthal de 38,000 ans exceptionnellement exempt de contamination par l’ADN humain moderne. Le sĂ©quencage d’un extrait d’ADN de ce fossile a jusqu’ici apportĂ© plus d’un million de paires d’ADN. La comparaison avec les gĂ©nomes d’humains et de chimpanzĂ©s indique que les sĂ©quences modernes d’humain et d’ADN de Neanderthal ont divergĂ© en moyenne il y a environ 500.000 ans.

NATURE – Analysis of one million base pairs of Neanderthal DNALIBE – GĂ©nĂ©tique: si peu de NĂ©andertal en nousNeandertahl sur Wikipedia

19 novembre 2006

Le faux mineur nĂ©olithique d’Obourg

Filed under: Mines nĂ©olithiques,SRPH — HĂ©lène Collet @ 17:17

AccidentUn lien vers un site de l’IRSNB qui explique l’histoire du faux mineur nĂ©olithique d’Obourg. http://www.natuurinformatie.nl/ndb.kbin.fr/natuurdatabase.nl/i000227.html

16 novembre 2006

L’ASBL La Malogne

Filed under: SRPH — HĂ©lène Collet @ 18:18

L’ASBL La Malogne anime les carrières souterraines du mĂŞme nom. Ces carrières de craie phosphatĂ©e situĂ©es dans la rĂ©gion de Mons ont Ă©tĂ© en activitĂ© Ă  la fin du XIXème siècle et au dĂ©but du XXème siècle. Au total une centaine d’hectares furent exploitĂ©s. Outre la visite de la carrière souterraine, cette association très dynamique organise de nombreuses animations en relation avec la gĂ©ologie et la prĂ©histoire. Ces dernières sont source de collaboration avec la SRPH. Par exemple, les guides-nature formĂ©s par l’asbl La Malogne viendront visiter les mines de Spiennes fin novembre. Pour faire connaissance avec La Malogne on peut consulter leur site internet : http://www.lamalogne.be/index.htm

12 novembre 2006

Site web consacré aux minières de Rijckholt-Ste-Gertrude (Pays-Bas)

Filed under: Mines nĂ©olithiques — HĂ©lène Collet @ 12:12

web_scan-plattegrond-2013-website-groot
Il s’agit d’un site très complet en nĂ©erlandais (avec un bref rĂ©sumĂ© en anglais) consacrĂ© aux minières nĂ©olithiques de Rijckholt-ste-Gertrude, une minière de silex contemporaine de celle de Spiennes avec des mĂ©thodes d’exploitation très similaires. Le site comprend des rubriques relatives Ă  l’exploitation, Ă  la gĂ©ologie, Ă  la production lithique, aux outils miniers, Ă  l’historique des recherches, le tout richement illustrĂ©. Une section est consacrĂ©e aux possibilitĂ©s de visite. Enfin, il faut signaler des liens vers des sites web consacrĂ©s Ă  l’archĂ©ologie et Ă  la gĂ©ologie.
http://www.vuursteenmijnen.nl/rijckholt/

Source de l’image : www.vuursteenmijnen.nl/rijckholt/
L’image : plan des minières fouillĂ©es Ă  Rijckholt-St- Geertruid par la Section limbourgeoise de la SociĂ©tĂ© gĂ©ologique des pays-Bas

10 novembre 2006

Cent mille ans sous les rails. Archéologie de la Ligne à Grande Vitesse Est européenne

Filed under: Expositions, Visites et Ă©vĂ©nements — Jean-Louis Dubois @ 20:20

L’ INRAP nous communique : Ă  l’occasion de la construction de la ligne TGV, qui reliera Paris Ă  Strasbourg en juin 2007 et connectera les rĂ©gions de l’Est au rĂ©seau Ă  grande vitesse, 360 opĂ©rations d’archĂ©ologie prĂ©ventive ont Ă©tĂ© menĂ©es sur les 300 premiers kilomètres. Elles ont mobilisĂ© 295 archĂ©ologues de 2000 Ă  2004. Des vestiges de la guerre de 1914-1918 aux premières occupations par l’homme de Neandertal (vers – 80 000 ans), toutes les Ă©poques ont Ă©tĂ© abordĂ©es : PalĂ©olithique, MĂ©solithique, NĂ©olithique, âges du Bronze et du Fer, Ă©poque gallo-romaine, AntiquitĂ© tardive, Moyen Ă‚ge, Ă©poques moderne et contemporaine.
Exposition au musĂ©e des Beaux-Arts et d’archĂ©ologie de Châlons-en-Champagne (Marne), jusqu’au 3 dĂ©cembre 2006. Lire l’artcile

8 novembre 2006

Prélèvements de pollens à Petit-Spiennes

Filed under: SRPH — Daniel Desterbecq @ 11:11

Après le camp de fouille du mois de juillet à Petit-Spiennes, l’équipe de fouille a dessiné la coupe du puits 79.1 et a établi la description détaillée des unités stratigraphiques. A la mi-septembre, une palynologue, Ann Defgnée a procédé à huit prélèvements sur cette structure, entre 2 et 3,50 m de profondeur, à des fins d’étude palynologique. Elle a procédé également à deux prélèvements à 2,40 m de profondeur dans la structure voisine 79.2.

P1010688.JPG

La palynologie permet d’obtenir un grand nombre d’informations liĂ©es au milieu dans lequel Ă©voluait l’homme du passĂ©. Quand des pollens ont Ă©tĂ© piĂ©gĂ©s, et conservĂ©s dans une structure archĂ©ologique, leur analyse et leur comptage apportent plusieurs types d’informations: des renseignements sur l’environnement vĂ©gĂ©tal gĂ©nĂ©ral, des informations sur les pratiques de l’homme et des datations. Plusieurs types de pratiques peuvent ĂŞtre approchĂ©s grâce aux pollens: les pratiques agricoles et alimentaires (par exemple les types de cĂ©rĂ©ales cultivĂ©es, le temps de mise en culture des parcelles,…), les pratiques funĂ©raires (par exemple le type de dĂ©pĂ´t), ou les niveaux d’occupation et d’abandon d’un site. On peut aussi obtenir des datations relatives, par comparaison de diagrammes polliniques. Les analyses de pollens dans les structures archĂ©ologiques se font Ă  partir d’Ă©chantillons prĂ©levĂ©s dans un profil stratigraphique. (Clickez sur l’image pour l’agrandir.)

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Palynologie#Applications_en_arch.C3.A9ologie

7 novembre 2006

Un autre BLOG « archĂ©ologique »

Filed under: Sur le Web — Jean-Louis Dubois @ 13:13

archeoblog.PNGUn blog archĂ©ologique a vu le jour dans la blogosphère francophone. Il s’agit de Archeoblog. Deux articles relatifs Ă  la prĂ©histoire s’y trouvent: l’un nous parle de l’homme de NĂ©andertahl et l’autre nous raconte le mammouth! Longue vie Ă  ArchĂ©oblog !

6 novembre 2006

Les minières de Kleinkems (Allemagne)

Filed under: Mines nĂ©olithiques,NĂ©olithique — HĂ©lène Collet @ 19:19

Kleinkems_figure1-small
Les minières de Kleinkems ont fait l’objet de nouvelles investigations en 2003 comme relatĂ© dans l’article ci-dessous. Lors de ces nouvelles fouilles, d’assez nombreux Ă©chantillons de charbon de bois ont Ă©tĂ© recueillis et ont permis de dater l’activitĂ© minière mĂŞme. Les cinq dates rĂ©alisĂ©es situent l’exploitation entre 4200 et 4000 ans avant notre ère. Consultez l’article d’Antiquity, ci-contre http://antiquity.ac.uk/projgall/siegmund306/

Source de l’image et copyright : Antiquity

3 novembre 2006

Maurice Lefort, fouilleur Ă  Spiennes entre 1948-1954

Filed under: SRPH — HĂ©lène Collet @ 17:17

Maurice Lefort a poursuivi la fouille des galeries des puits de 16 m de profondeur situés sous la Station de Recherche, puits qui avaient été dégagés entre 1911 et 1913. Les photos ci-contre publiées dans le Patriote Illustré ont été prises à cette époque.
Mr Lefort 1

Il a aussi rĂ©alisĂ© diffĂ©rentes fouilles de surface Ă  Spiennes entre les annĂ©es 1948 et 1954, Ă©poque Ă  laquelle il est en charge de la surveillance du MusĂ©e de Spiennes, aussi appelĂ© Station de Recherche. Lui-mĂŞme se qualifie de « surveillant-fouilleur ». Il publiera le rĂ©sultat de ses recherches dans une publications intitulĂ©e les « Cahiers de Spiennes ». Mr Lefort BVers 1951 ou 1953, Maurice Lefort (2001) fouille sur le versant en contrebas du Camp-Ă -Cayaux deux ateliers Ă  flanc de vallĂ©e. Plus loin, sur le mĂŞme versant il fouille une autre exploitation Ă  flanc de vallĂ©e. En 1953, Maurice Lefort, aidĂ© de Gilbert Cody, habitant de Spiennes, fouille au Camp-Ă -Cayaux dix « ateliers de taille » dont certains sont localisĂ©s dans des tĂŞtes de puits au-delĂ  de la route du chemin d’Harmignies (Lefort & Cody 1953). En 1954, il fouille quatre ateliers de taille toujours au-delĂ  du chemin de Mons Ă  Harmignies.(Clickez sur les images pour agrandir)

2 novembre 2006

Le Guide du Routard Ă  Spiennes

Filed under: SRPH — HĂ©lène Collet @ 18:18

Un reprĂ©sentant du Guide du Routard est venu visiter les mines de Spiennes aujourd’hui. Il faudra donc guetter la parution de la nouvelle Ă©dition (dans un an ?) consacrĂ©e à Bruxelles et à la Wallonie pour voir s’il y aura quelque chose sur Spiennes.

Powered by WordPress