Autour de Spiennes

Le blog des mines néolithiques de Spiennes et de l'archéologie en Wallonie

24 février 2008

ConfĂ©rence de Pascal Picq « Les origines de l’Homme. Entre fossiles, grands singes et ADN, le 13 mars 2008 Ă  Liège

Filed under: ConfĂ©rences — HĂ©lène Collet @ 16:16

aucommencement2.jpg Le jeudi 13 mars Ă  20h, Pascal Picq, palĂ©oanthropologue, professeur au Collège de France, prĂ©sentera une confĂ©rence intitulĂ©e « Les origines de l’Homme. Entre fossiles, grands singes et ADN » Ă  l’UniversitĂ© de Liège, salle des professeurs. Cette confĂ©rence est organisĂ©e par Les Chercheurs de la Wallonie en collaboration avec le Service de PrĂ©histoire de l’UniversitĂ© de Liège Ă  l’occasion du 100ème anniversaire de cette sociĂ©tĂ© savante.

lucy-obscurantisme-pascal-picq.gif
Pascal Picq est un des palĂ©oanthropologues francophones les plus connus actuellement. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation sur l’Ă©volution des hominidĂ©s. Il n’hĂ©site pas Ă  sortir des sentiers battus. Il a, par exemple, rĂ©alisĂ© avec la compagnie Hallet Eghayan une Ă©tonnante et superbe confĂ©rence dansĂ©e intitulĂ©e « Danser avec l’Evolution ».
Un aperçu très complet de sa carrière et de ses publications est prĂ©sentĂ© sur le site HominidĂ©s.com. On y trouve aussi une confĂ©rence enregistrĂ©e de Pascal Picq. Son dernier ouvrage de vulgarisation, intitulĂ© « Lucy et l’obscurantisme » est paru aux Ă©ditions Odile Jacob en 2007. L’ ouvrage traite de comment la science, et en l’occurrence la thĂ©orie de l’Ă©volution, interroge nos origines et en quoi la dĂ©marche scientifique se distingue des autres manières d’expliquer le monde tels que religions et mythologies. C’est pourquoi ni le crĂ©ationnisme, ni ce que l’on appelle le dessin intelligent ne peuvent prĂ©tendre au titre de science. Pascal Picq aborde aussi dans ce livre le problème de la biodiversitĂ© et des changements climatiques Ă  partir de ses connaissances sur l’Ă©volution des espèces.

21 février 2008

Exposition « Les sciences arabes » Ă  Charleroi du 18 fĂ©vrier au 27 juin 2008

Filed under: Expositions, Visites et Ă©vĂ©nements — HĂ©lène Collet @ 10:10

affsciarabesweblarge.jpg L’exposition « Les Sciences arabes » se dĂ©roule du 18 fĂ©vrier au 27 juin 2008 au Centre de Culture Scientifique (CCS) de ULB, sur le Campus de Parentville, rue de Villers, 227 Ă  6010 Charleroi.

La civilisation arabo-musulmane connaĂ®t une intense activitĂ© scientifique Ă  partir du VIIIe siècle. Les savants du monde musulman mĂ©diĂ©val ont contribuĂ© Ă  l’avancement de nombreux domaines tels que les mathĂ©matiques, la mĂ©decine, l’astronomie et bien d’autres encore.
L’exposition « Les sciences arabes » prĂ©sente cette effervescence intellectuel au travers de panneaux et de modules, d’interactifs et d’objets, de visites guidĂ©es, d’ateliers, de confĂ©rences, etc.

Heures d’ouverture
Ouvert du lundi au vendredi, de 9h30 à 17h30 ; le dimanche, de 10h à 18h. Fermé le samedi. Fermé les 1/01, 2/01, dimanche et lundi de Pâques, 1/05, 17/05/07, 28/05/07, 21/07, 23/07, 27/09, 1/11, 24/12, 25/12, 31/12.

Pour tout savoir sur l’exposition et les animations organisĂ©es autour de celle-ci, consultez le site du Centre de Culture Scientifique de l’ULB.

18 février 2008

Pourquoi fouille-t-on un puits et ne prend-t-on pas simplement les objets qui s’y trouvent ?

Filed under: Questions naives,SRPH — Quentin Goffette @ 10:10

Cette question peut être étendue à l’archéologie en général : pourquoi ne pas simplement « prendre » le mobilier, les objets présents dans les gisements ? Depuis Neandertal, l’homme a ramassé des objets dans l’unique but d’en constituer des collections (coquillages, fossiles, …) et ce jusqu’il y a peu. Ce n’est que depuis quelques décennies, avec l’apparition de l’archéologie telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, que le mobilier n’est plus que l’un des nombreux facteurs pris en compte lors de la fouille.

L’objet et son contexte
pic.jpg Le but de l’archéologie est de comprendre la manière dont vivaient les hommes à partir des vestiges qu’ils nous ont laissés. Ainsi, il ne suffit plus seulement d’extraire un objet du sol pour le placer dans une vitrine mais bien de le situer le plus précisément possible dans le temps, de comprendre au mieux sa nature et ses fonctions, de découvrir la manière dont il était utilisé, bref, d’en tirer un maximum d’informations. Bien souvent, l’objet hors de son contexte ne permet que peu d’interprétations : que pourrait-on tirer d’un pic comme en livrent les minières néolithique de Spiennes, s’il était découvert, seul, en surface ? L’objet est en silex et a été taillé pour lui donner une forme particulière. Ses utilisations pourraient être diverses : outil agricole, arme ? De quelle époque date-t-il ? Etait-il utilisé tel quel ou n’est-ce qu’une ébauche non terminée ? Bien qu’un peu caricatural, ce scénario exprime les limites de l’objet seul en comparaison de ce qu’il peut nous apprendre lorsqu’il est en place.

Les objets… et bien plus !
simg2059.jpg
L’archéologie ne s’intéresse pas qu’aux « objets » en tant que créations humaines (artefacts). Tous les vestiges laissés par nos ancêtres sont analysés. Les habitats, les déchets, les ateliers, les tombes et ossements humains, tous les témoins de la vie humaine sont pris en compte. Mais bien plus encore ! Depuis les années ’50, d’autres sciences dites « auxiliaires » se joignent à l’archéologie pour pousser toujours plus loin notre compréhension du passé. L’anthracologie qui étudie les charbons de bois, la paléoanthropologie qui étudie les os humains, l’archéozoologie qui étudie les os des animaux élevés, chassés ou simplement retrouvés à proximité des humains. Des éléments ayant indirectement été en relation avec la vie des hommes sont également pris en compte : les pollens étudiés par la palynologie ou les mollusques étudiés par la malacologie nous aident à reconstituer l’environnement de nos ancêtres ainsi que leurs relations à cet environnement. Pour permettre ces études poussées, les archéologues prennent des échantillons. Ceux-ci, prélevés sur le chantier soit par l’archéologue, soit par des spécialistes qui les analyseront ensuite en laboratoire.
2webp1010617.jpg

Objet, me diras-tu ton âge ?
Arracher un objet à son contexte archéologique, c’est également perdre sa place dans le temps. Grâce aux objets qui se trouvent à proximité, soit dans une même couche, soit dans une couche supérieure ou dans une couche inférieure, il est possible de reconstituer une chronologie des événements. Cette chronologie est dite « relative » car sans datation « chiffrée ». Certains matériaux permettent une datation dite « absolue » (exprimée en années). Les matériaux organiques peuvent ainsi fournir une date sur base de la quantité de carbone qu’ils contiennent (technique du carbone 14). Une autre technique appliquée au bois peut parfois permettre une datation très précise grâce à l’analyse des cernes de croissance de l’arbre dont est issu le matériau (analyse dendrochronologique). Mais dans tous les autres cas, les objets demeurent muets. Sauf si des matières organiques comme des charbons de bois ou des os, qui eux sont datables, se trouvent dans une même unité stratigraphique que ces objets. En effet, s’ils se trouvent dans une même unité stratigraphique, ces objets ont été enterrés en même temps! Donc en datant les matières organiques associées à l’objet, ce dernier peut être daté.

« Créations immatérielles »
Un autre aspect important, particulièrement lors de la fouille d’un puits comme à Spiennes, d’un trou de poteau ou d’une fosse est de repérer les structures immatérielles. Un puits creusé dans la terre se différencie relativement peu du substrat qui l’entoure. Pourtant il peut fournir de nombreuses informations sur les activités humaines… et apporter tout un lot de nouvelles interrogations. Comment était-il creusé ? Avec quels outils ? Combien de temps est-il resté ouvert ? A-t-il eu plusieurs fonctions ? La fouille peut, bien sûr, apporter une série de réponses. En étudiant la succession et la composition des couches qui remplissent l’une de ces structures, ont peut reconstituer la façon dont elle a été comblée : par l’homme, par les intempéries, par un éboulement, … ou souvent par une combinaison de plusieurs facteurs.
psp-puits-6.jpg

En bref
L’archéologie se nourrit de tous les éléments qui ont, de près ou de loin, fait partie de la vie des hommes. Qu’il s’agisse des objets qu’ils ont façonnés, des structures qu’ils ont creusées ou érigées, de l’environnement dans lequel ils ont vécu, la moindre parcelle d’information est recueillie pour en tirer un maximum d’enseignements. Une fois que les chercheurs ont recueilli un maximum d’informations, rien n’empêche enfin l’objet de terminer sa vie dans une vitrine et d’instruire ainsi le public. Et qui sait, si ces vitrines ne seront pas fouillées un jour par les archéologues du futur ?

Quentin Goffette

17 février 2008

Inauguration de la salle d’art islamique aux MusĂ©es royaux d’Art et d’Histoire (MRAH), le vendredi 22 fĂ©vrier 2008

Filed under: Expositions, Visites et Ă©vĂ©nements — HĂ©lène Collet @ 8:08

cintamani.jpg Les MusĂ©es royaux d’Art et d’Histoire (MRAH) inaugurent le 22 fĂ©vrier 2008, une nouvelle salle consacrĂ©e Ă  l’art du Monde islamique. Cette nouvelle prĂ©sentation permettra de mettre en valeur les intĂ©ressantes collections d’art islamique que le musĂ©e possĂ©dait et qui concernent un territoire s’étendant de l’Espagne au nord de l’Inde. L’amĂ©nagement intĂ©rieur s’inspire de l’architecture islamique. Les collections seront prĂ©sentĂ©es par rĂ©gion et par pĂ©riode. La chronologie s’enchaĂ®ne Ă  celle de la section du Proche-Orient ancien. Une ligne du temps et des projections de carte et d’ensembles architecturaux marquants replaceront les objets dans leur contexte.
Toutes les informations seront fournies par un audio-guide, pour lequel le philosophe et sociologue arabe du XIVe siècle Ibn Kaldun, servira de guide. un catalogue général, des guides du visiteur thémathiques et des publications pour jeunes complèteront la documentation.
A l’occasion de l’inauguration de la nouvelle salle, les collections permanentes des Musées royaux d’Art et d’Histoire pourront être visitées gratuitement les vendredi 22, samedi 23 et dimanche 24 février.
Ouverture : tous les jours sauf le lundi, de 10h Ă  17h. Renseignements : 02/741 72 11/ e-mail : infoarobasemrah.be
Consultez aussi le site des MRAH.

Source : VAinfo, bulletin d’information mensuel de la FĂ©dĂ©ration des ArchĂ©ologues de Wallonie et Archeonet Vlaanderen

16 février 2008

Exposition « Les abbayes vues du ciel » Ă  l’abbaye de Villers-la-Ville

Filed under: Expositions, Visites et Ă©vĂ©nements,Protohistoire et Histoire — HĂ©lène Collet @ 10:10

vducieldate.jpg Du 15 fĂ©vrier au 30 novembre 2008, a lieu une exposition intitulĂ©e « Les abbayes vues du ciel » Ă  l’abbaye de Villers-La Ville. L’exposition regroupe une trentaine de photos de Yann Arthus-Bertrand et de photographes de l’Agence Altitude.
Pour en savoir plus sur cette exposition et en avoir un avant-goĂ»t, rendez-vous sur le site de l’abbaye de Villers-la-Ville.

15 février 2008

L’IPW offre un contrat Ă  durĂ©e dĂ©terminĂ©e de cinq mois pour l’ArchĂ©oforum de Liège

Filed under: Institutions — HĂ©lène Collet @ 19:19

archeoforum.jpg L’Institut du Patrimoine Wallon (IPW) recrute pour l’ArchĂ©oforum de Liège. Il s’agit d’un contrat d’une durĂ©e de cinq mois, commençant Ă  la mi-mars. Le profil recherchĂ© est celui d’un graduĂ© ou d’un licenciĂ©. Le travail consistera Ă  seconder la direction de l’ArchĂ©oforum dans ses tâches de promotion. Vous avez jusqu’au 22 fĂ©vrier pour rĂ©pondre Ă  cette offre.
Coyright photo : site de l’ArchĂ©oforum
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’IPW Ă  partir d’ici.

14 février 2008

Exposition sur l’Age du Bronze au Palais des Beaux-Arts de Lille jusqu’au 13 avril 2008

Filed under: Expositions, Visites et Ă©vĂ©nements — HĂ©lène Collet @ 19:19

arton387.jpg Jusqu’au 13 avril 2008, le Palais des Beaux-Arts de Lille (place de la rĂ©publique, 59 000 Lille) prĂ©sente une exposition intitulĂ©e « Entre Flandre et Somme, il y a 3500 ans. Les collections rĂ©gionales de l’Age du Bronze ». L’exposition est ouverte tous les jours, sauf le mardi de 10h Ă  18h et le lundi de 14h Ă  18h.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du Palais des Beaux-Arts de Lille.
Renseignements : 0033/3.20.06.78.00

Source : VA info, bulletin mensuel d’information de la FĂ©dĂ©ration des ArchĂ©ologues de Wallonie

13 février 2008

Table ronde « Les toits de l’Europe », le mardi 26 fĂ©vrier 2008

Filed under: ConfĂ©rences,Protohistoire et Histoire — HĂ©lène Collet @ 23:23

toiture.jpg Le Centre EuropĂ©en d’ArchĂ©omĂ©trie et l’Institut du Patrimoine Wallon organisent une table ronde intitulĂ©e « Les toits de l’Europe II – Mise en oeuvre d’une mĂ©thodologie partagĂ©e pour l’Ă©tude, la conservation et la mise en valeur des toitures historiques ». Celle-ci aura lieu le mardi 26 fĂ©vrier 2008 Ă  l’abbaye de la Paix-Dieu Ă  Amay. L’inscription est gratuite mais obligatoire et doit ĂŞtre effectuĂ©e avant le 21 fĂ©vrier. Pour connaĂ®tre le programme et en savoir plus rendez-vous sur
le site de l’IPW.

Source : Marie Verbeek, Archeolo-J.

12 février 2008

Du 2 mars au 15 novembre 2008, une exposition consacrée aux minières néolithiques de Spiennes à Tournai

Filed under: Expositions, Visites et Ă©vĂ©nements,SRPH — HĂ©lène Collet @ 19:19

essaiaffiche-tournai-2008-copie.bmp Les minières nĂ©olithiques de Spiennes s’exposent Ă  partir du 2 mars 2008, et pour plusieurs mois, au MusĂ©e d’ArchĂ©ologie de Tournai. Après Mons, Bavay et Namur, c’est, en effet, le MusĂ©e d’ArchĂ©ologie de Tournai qui accueillera l’exposition que la SociĂ©tĂ© de Recherche prĂ©historique en Hainaut a rĂ©alisĂ© pour fĂŞter son 50e anniversaire.

Communiqué de presse

Mineurs d’un autre âge : Spiennes, des mines du IVe millĂ©naire avant notre ère

Du 2 mars au 15 novembre 2008, le MusĂ©e d’ArchĂ©ologie de Tournai abrite une remarquable exposition consacrĂ©e aux mines nĂ©olithiques de Spiennes. Cette manifestation, rĂ©alisĂ©e par la SociĂ©tĂ© de Recherche prĂ©historique en Hainaut afin de commĂ©morer ses cinquante annĂ©es d’existence, prĂ©sente au visiteur un site rĂ©gional exceptionnel, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.
A Spiennes, sur plus de cent hectares, les premiers agriculteurs creusèrent des milliers de puits profonds afin d’extraire le silex du sous-sol. De superbes panneaux et du matĂ©riel issu de fouilles permettront au visiteur de se familiariser avec l’extraction et la taille du silex, l’outillage, la faune et l’environnement Ă  l’Ă©poque nĂ©olithique. Une exposition didactique particulièrement destinĂ©e aux jeunes.

MusĂ©e d’ArchĂ©ologie, 8 rue des Carmes, 7500 TOURNAI
Exposition ouverte de 10 Ă  12 h et de 14 Ă  17 h
tous les jours sauf le mardi (fermeture le dimanche matin Ă  partir de mi-octobre)
Pour tout renseignement, tel. 069 22 16 72

L’expo dans La Libre Belgique

10 février 2008

ConfĂ©rence, jeudi 14 fĂ©vrier 2008 : Braine-l’Alleud, le Bosquet del Vau (Brabant). Un Ă©tablissement du NĂ©olithique final par FrĂ©dĂ©ric Heller

Filed under: ConfĂ©rences — HĂ©lène Collet @ 9:09

les-chercheurs.jpg FrĂ©dĂ©ric Heller, archĂ©ologue auprès de la RĂ©gion wallonne, direction du Brabant, prĂ©sente ce jeudi 14 fĂ©vrier une confĂ©rence intitulĂ©e « Braine-l’Alleud, le Bosquet del Vau (Brabant). Un Ă©tablissement du NĂ©olithique final » au MusĂ©e de la PrĂ©histoire en Wallonie (1er Ă©tage), rue de la grotte, 128 Ă  4400 Ramioul. Cette confĂ©rence est organisĂ©e par les Chercheurs de la Wallonie.

Source : VAinfo, Bulletin de la Fédération des Archéologues de Wallonie et Préhistosite de Ramioul.
Pour tout savoir sur les Chercheurs de la Wallonie rendez-vous sur leur site web.

Le site présenté à l’occasion de cette conférence a fait l’objet de fouilles préventives* en 2006 et 2007. En 2006, une équipe d’archéologues du Ministère de la Région wallonne a fait des fouilles avant que ne soit construit un lotissement à cet endroit. En 2007, les archéologues durent reprendre leurs pelles et leurs pioches car, cette fois, l’élargissement de la ligne de chemin de fer allait détruire une autre partie du site.
Lors de ces différentes fouilles, un fossé ceinturant une aire d’habitat d’environ 2,5 hectares ainsi que les vestiges de deux maisons dans la zone enclose ont été découverts. Le mobilier archéologique, hélas peu abondant, fait supposer aux archéologues que cet établissement remonte à la fin du Néolithique.

*Par fouille préventive, on désigne les fouilles archéologiques qui sont réalisées juste avant des travaux d’aménagement tels que voiries, lotissement de maisons ou toute autres travaux qui entraîneront la destruction des vestiges archéologiques enfouis dans le sous-sol. Ce terme permet de faire la différence avec les fouilles dites programmées qui désigne les opérations archéologiques qui sont réalisées à des endroits où les vestiges archéologiques ne sont pas menacés de destruction. Les fouilles menées à Petit-Spiennes par la SRPH depuis de nombreuses années sont des fouilles programmées.

9 février 2008

« Faux mystères et vraies Ă©nigmes », une exposition sur l’Ile de Pâques au musĂ©e du MalgrĂ©-Tout Ă  partir du 10 fĂ©vrier 2008

Filed under: Expositions, Visites et Ă©vĂ©nements — HĂ©lène Collet @ 9:09

paques.jpg Du 10 fĂ©vrier au 31 aoĂ»t 2008, le musĂ©e du MalgrĂ©-Tout Ă  Treignes prĂ©sente une exposition sur l’Ile de Pâques intitulĂ©e « Faux mystères et vraies Ă©nigmes ». L’exposition, qui promet d’ĂŞtre d’un grand intĂ©rĂŞt, est rĂ©alisĂ©e en collaboration avec les MusĂ©es royaux d’Art et d’Histoire qui, pour cette occasion, mettent Ă  la disposition du musĂ©e du MalgrĂ©-Tout de nombreuses pièces provenant de l’expĂ©dition franco-belge effectuĂ©e par Henri Lavachery en 1934-1935. Les rĂ©sultats rĂ©cents engrangĂ©s par l’Ă©quipe belge, qui a entrepris de nouvelles fouilles depuis 2000, seront Ă©galement prĂ©sentĂ©s. La prĂ©sentation s’attache, comme son titre l’indique, Ă  montrer que les mystères ne sont pas ceux que l’on croit. La fabrication des statues et leur transport nous fascinent mais n’ont, en fait, rien d’Ă©nigmatique. Par contre, la date du peuplement de l’Ă®le et la provenance exacte de cette population polynĂ©sienne sont l’objet des recherches actuelles. Et, contrairement Ă  ce que l’on croit, très peu de fouilles ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es sur l’Ile de Pâques.
Pour en savoir plus lisez le communiqué de presse du Musée du Malgré-Tout
Infos : Musée du Malgré-Tout
Rue de la Gare 28, 5670 Treignes (Belgique)
TĂ©l. : +32/60.39.02.43 – cedarc@skynet.be – www.museedumalgretout.net

8 février 2008

Rappel : AG de la SRPH ce dimanche 10 fĂ©vrier 2008, suivie d’une confĂ©rence sur les mĂ©galithes

Filed under: ConfĂ©rences,SRPH — HĂ©lène Collet @ 5:05

stonehnege-stone-circle06.jpg
L’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale de la SociĂ©tĂ© de Recherche prĂ©historique en Hainaut a lieu ce dimanche Ă  15h Ă  Mons Ă  la Maison des Ateliers, 12 rue de Malplaquet. La rue de Malplaquet est situĂ©e près de la place Nervienne. L’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale sera suivie, Ă  16h, d’une confĂ©rence intitulĂ©e « Dolmens et mĂ©galithes, l’archĂ©ologie face aux mythes » ouverte au public et gratuite.
La nouvelle a été publiée plus en détail en date du 22 janvier 2008 sur le même site.

Récréation archéologique : un peu de préhistoire sur la future monnaie européenne

Filed under: Sur le Web — HĂ©lène Collet @ 4:04

coin2_.jpg A l’occasion des dix ans de la monnaie europĂ©enne, la commission va Ă©diter une pièce commĂ©morative de 2 euros. Pour la première fois, les ressortissants de l’union europĂ©enne ont la possibilitĂ© de choisir le motif de la future pièce. Parmi les dessins proposĂ©s figure en n°2 un motif d’allure rĂ©solument prĂ©historique qui symbolise la longue tradition du commerce depuis ces temps reculĂ©s. Vous pouvez voter jusqu’au 22 fĂ©vrier 2008 sur
le site de la commission européenne.

6 février 2008

Portail Archeologia.be

Filed under: Sur le Web — Jean-Louis Dubois @ 12:12

Archeologia.beConsacrĂ© Ă  l’archĂ©ologie et Ă  sa pratique, le site archeologia.be fondĂ© en 2005, nous propose des articles sur l’approche juridique, le statut des vestiges, l’archĂ©ologie expĂ©rimentale et autres domaines liĂ©s. Une page recense les accès numĂ©riques Ă  l’information (bibliographies, portails, bases de donnĂ©es, etc.).

5 février 2008

Archeonet Vlaanderen fĂŞte ses trois ans d’existence : toutes nos fĂ©licitations !

Filed under: Sur le Web — HĂ©lène Collet @ 7:07

vuurwerk07.jpg Voici trois ans, Archeonet Vlaanderen arrivait en ligne. Ce blog archĂ©ologique a grandi petit Ă  petit. Il est aujourd’hui une vĂ©ritable rĂ©fĂ©rence de l’archĂ©ologie flamande. L’enthousiasme vis-Ă -vis de ce blog se mesure aux rĂ©actions et commentaires du public et des archĂ©ologues ainsi que par le nombre de connexions sur le site qui ne cesse d’augmenter. L’annĂ©e passĂ©e, ce sont 219000 visites qui ont Ă©tĂ© enregistrĂ©es. Elles n’Ă©taient encore que de 162000 l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente. Ce sont aussi plus de 2700 nouvelles qui ont Ă©tĂ© publiĂ©es. Au total, le public s’est connectĂ© 765 000 fois Ă  une page du site.

Si vous ne connaissez pas encore Archeonet Vlaanderen, il est grand temps de le découvrir !

3 février 2008

Exposition photographique : la voie romaine Bavay-Tongres, 145 km d’hĂ©ritage

Filed under: Expositions, Visites et Ă©vĂ©nements,Protohistoire et Histoire — HĂ©lène Collet @ 10:10

chaussee.jpg Les photograhies de Guy Focant sur la chaussĂ©e romaine Bavay-Tongres peuvent ĂŞtre admirĂ©es jusqu’au 23 fĂ©vrier 2008 Ă  l’espace Wallonie Ă  Bruxelles, rue MarchĂ©-aux-Herbes, 25-27 (1000 Bruxelles), du mardi au vendredi, de 11h Ă  18h et le samedi, de 11h Ă  16h.

Source :
MRW, Division du Patrmimoine, actualité
Copyright photo : Guy Focant

ConfĂ©rence « La voie romaine Bavay-Tongres » ce jeudi 7 fĂ©vrier Ă  Bruxelles

Filed under: ConfĂ©rences,Protohistoire et Histoire — HĂ©lène Collet @ 10:10

voie_romaine_carte.gif Dans le cadre de l’exposition « La voie romaine Bavay-Tongres, 145 km d’hĂ©ritage », Marie-HĂ©lène Corbiau, Docteur en ArchĂ©ologie et Histoire de l’art, MaĂ®tre de ConfĂ©rences aux FUNDP et AttachĂ©e Ă  la Direction de l’ArchĂ©ologie (MRW) prĂ©sentera une confĂ©rence sur « La voie romaine Bavay-Tongres » le jeudi 7 fĂ©vrier Ă  19 heures Ă  l’Espace Wallonie, rue du MarchĂ© aux Herbes 25-27 Ă  1000 Bruxelles. L’entrĂ©e est libre. La rĂ©servation est souhaitĂ©e (TĂ©l: 02/506 43 41).

Présentation du sujet
La voie romaine Bavay-Tongres est un des axes majeurs de la Gaule septentrionale. Elle reliait Boulogne Ă  Cologne. C’est un axe stratĂ©gique de la politique impĂ©riale d’Auguste, conçu dans le cadre de la planification du rĂ©seau communication des provinces septentrionales et plus particulièrement des Gaules et Germanies. La voie Bavay-Tongres a jouĂ© un rĂ´le prĂ©pondĂ©rant dans la romanisation de nos rĂ©gions, favorisant les Ă©changes commerciaux et culturels, suscitant la crĂ©ation de bourgades et la construction de tumulus. A la PĂ©riode tardive, Ă  la suite des troubles politiques et des invasions massives des peuples venus d’Outre-Rhin, elle sert d’appui Ă  un cordon de fortins destinĂ©s Ă  protĂ©ger l’arrière-pays. Souvent appelĂ©e « ChaussĂ©e Brunehaut », cette voie antique est prĂ©servĂ©e de manière exceptionnelle dans le paysage actuel.

Source : portail de la RĂ©gion wallonne.

1 février 2008

Une autre offre d’emploi, cette fois dans le secteur des musĂ©es

Filed under: Institutions,Jobs & Stages — HĂ©lène Collet @ 22:22

msw.jpg L’asbl MusĂ©es et SociĂ©tĂ© en Wallonie recherche un(e) personne titulaire d’une licence ou d’un master en science, sciences humaines ou documentaires pour un temps plein Ă  durĂ©e dĂ©terminĂ©e (1/03/08 au 31/12/09). Le travail proposĂ© consiste Ă  dĂ©velopper l’informatisation des inventaires musĂ©aux et Ă  en assurer une diffusion en ligne. Les candidatures doivent parvenir pour le 15 fĂ©vrier au plus tard. Les dĂ©tails de l’offre d’emploi sont fournis ci-dessous.
Vous pouvez aussi vous rendre sur le site internet de MSW.

(more…)

Powered by WordPress