Autour de Spiennes

Le blog des mines néolithiques de Spiennes et de l'archéologie en Wallonie

5 décembre 2012

Des nouvelles donnĂ©es concernant l’origine d’Ă–tzi

Filed under: NĂ©olithique — Jean-Philippe Collin @ 0:00

Je vous parlais en mars dernier du sĂ©quençage du gĂ©nome de Ă–tzi, l’Homme des Glaces (voir la news). Les premiers rĂ©sultats de l’Ă©tude paraissaient dans la revue Nature sous le titre New insights into the Tyrolean Iceman’s origin and phenotype as inferred by whole-genome sequencing. Un des rĂ©sultats notables de l’Ă©tude Ă©tait que le chromosome Y de Ă–tzi prĂ©sente une mutation que l’on retrouve principalement chez les Sardes et les Corses actuels. Est-ce un caractère propre Ă  Ă–tzi ou cela est-il vrai Ă©galement pour les autres populations de la fin de la PrĂ©histoire? L’Ă©quipe du professeur Martin Sikora (UniversitĂ© de Stanford, Californie) s’est penchĂ©e sur le sujet. Elle a sĂ©quencĂ© l’intĂ©gralitĂ© du gĂ©nome d’Ă–tzi, celui d’un chasseur-cueilleur et d’un nĂ©olithique tous deux dĂ©couverts en Suède, d’un chasseur-cueilleur vieux de 7000 ans dĂ©couvert dans la pĂ©ninsule ibĂ©rique et enfin d’un homme de l’âge du fer mis au jour en Bulgarie. Ces diffĂ©rents gĂ©nomes sĂ©quencĂ©s ont ensuite Ă©tĂ© comparĂ©s avec ceux de centaines d’EuropĂ©ens actuels.

Et alors Ă–tzi? L’Ă©quipe du Dr Zink ne s »Ă©tait pas trompĂ©e, le gĂ©nome des sardes actuels est le plus proches d’Ă–tzi. Mais c’est Ă©galement ce dernier qui ressemble le plus aux fermiers trouvĂ©s en Bulgarie et en Suède tandis que les gĂ©nomes des chasseurs-cueilleurs issus de la pĂ©ninsule ibĂ©rique et de Suède correspondent plus Ă  ceux des actuels EuropĂ©ens du Nord. Selon Martin Sikora, ces rĂ©sultats soutiennent l’idĂ©e que les populations nĂ©olithisĂ©es issues du Proche-Orient, et exportant avec elles les premières techniques agricoles, se sont mĂ©langĂ©es avec les populations mĂ©solithiques, ce qui aurait entraĂ®nĂ© une explosion dĂ©mographique. Les traces de ces migrations se seraient ensuite largement perdues Ă  travers l’Europe sauf parmi les populations isolĂ©es, comme les insulaires sardes; voilĂ  pourquoi ces derniers auraient le gĂ©nome le plus proche de celui de Ă–tzi.

Remarque : reste Ă  expliquer comment la rencontre entre les groupes mĂ©solithiques et une population nĂ©olithique numĂ©riquement beaucoup, beaucoup plus importante, et dont la dĂ©mographie est toujours en plein essor, serait la cause d’une explosion dĂ©mographique.

Sources :
découvertes archéologiques

NBCnews.com
stanford.edu

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post.

Sorry, the comment form is closed at this time.

Powered by WordPress