Autour de Spiennes

Le blog des mines néolithiques de Spiennes et de l'archéologie en Wallonie

3 octobre 2012

Retour sur la rĂ©volution nĂ©olithique dans le monde – De l’arbre du primate explorateur au rĂ©seau humain : filiations et migrations

Filed under: Films sur le Web,NĂ©olithique — Jean-Philippe Collin @ 0:00


En octobre 2008 a eu lieu un colloque international intitulĂ© « La rĂ©volution nĂ©olithique dans le monde, aux origines de l’emprise humaine sur le vivant » organisĂ© par la CitĂ© des sciences et de l’industrie et l’Inrap (je vous recommande chaudement les actes du colloque). Via une sĂ©rie de vidĂ©os rĂ©alisĂ©es tout au long de la rencontre, je vous propose de (re-)dĂ©couvrir les diffĂ©rentes communications qui s’attachent donc exclusivement au phĂ©nomène nĂ©olithique.

Avec la sĂ©ance L’hĂ©ritage du NĂ©olithique, nous attaquons cette semaine la dernière ligne droite du colloque :

Dans quelle mesure les inventions du NĂ©olithique, au premier rang desquelles la sĂ©lection vĂ©gĂ©tale et animale et la crĂ©ation des premiers hybrides, sont-elles les prĂ©misses des grandes ruptures technologiques et de la manipulation de l’ADN au XXe siècle ? Dans notre relation aux autres vivants, sommes-nous en train de « changer de monde » par rapport Ă  l’hĂ©ritage du NĂ©olithique ?


AndrĂ© Langaney (MusĂ©um national d’histoire naturelle de Paris) travaille sur la gĂ©nĂ©tique molĂ©culaire des populations humaines, l’histoire du peuplement humain actuel et, pas consĂ©quent, sur les thĂ©ories et mĂ©canismes de l’Ă©volution. Il nous prĂ©sente une confĂ©rence intitulĂ©e De l’arbre du primate explorateur au rĂ©seau humain : filiations et migrations.


Tant qu’ils Ă©taient cueilleurs-chasseurs, les humains Ă©taient fort peu nombreux, comme tous les très grands primates. Mais ils ont colonisĂ© des territoires immenses et des environnements variĂ©s, contrairement aux autres espèces, restĂ©es sur place dans des milieux peu diversifiĂ©s. Les organismes gĂ©nĂ©tiquement modifiĂ©s par la nĂ©olithisation ont permis une augmentation extraordinaire des effectifs et mis en place un rĂ©seau gĂ©nĂ©tique humain dont les mĂ©thodes «phylogĂ©nĂ©tiques » usuelles ne permettent pas de bien dĂ©crire l’histoire, pas plus qu’elles ne permettent, d’ailleurs, de bien reconstituer les filiations et les relations gĂ©nĂ©alogiques entre les espèces de primates. Il n’est pas besoin de chercher très loin dans l’histoire de l’anthropologie ou dans les dĂ©lires actuels des chercheurs d’origines et «d’ancestralitĂ© » pour comprendre pourquoi il est si difficile d’Ă©chapper Ă  des reprĂ©sentations et des modèles naĂŻfs d’Ă©vĂ©nements forcĂ©ment multiples et complexes.

Source : INRAP

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post.

Sorry, the comment form is closed at this time.

Powered by WordPress