Autour de Spiennes

Le blog des mines néolithiques de Spiennes et de l'archéologie en Wallonie

23 septembre 2017

Comment les hommes de Néandertal firent-ils les toutes premières colles ? Une recherche de l’Université de Leiden

Filed under: Paleo et MĂ©so,Publication sur internet — HĂ©lène Collet @ 12:12

Il s’agit d’une traduction d’une page d’actualitĂ© de l’UniversitĂ© de Leiden. Pour consulter la page originale https://www.universiteitleiden.nl/nieuws/2017/08/hoe-neanderthalers-de-allereerste-lijm-maakten Copyright de l’image : Diederik Pomstra, universitĂ© de Leiden.

La plus ancienne colle connue au monde a été créée par les hommes de Néandertal. Mais comment ceux-ci faisaient-ils leur adhésif il y a 200 000 ans ? Des archéologues de l’Université de Leiden ont trouvé trois manières possibles. Publication dans Scientific Reports du 31 août 2017

La lance d’un homme de Néandertal est composée en principe de deux parties : un manche en bois et une pointe en silex. Mais il y a un élément de l’arme souvent méconnu qui constitue une énigme pour les archéologues : l’adhésif qui permet d’assembler le manche et la pointe. Les hommes de Néandertal utilisaient pour cela un « goudron » obtenu à partir d’écorce de bouleau, une substance que les archéologues pensaient difficile à produire.

Trois manières
Les archéologues de Leiden montrent aujourd’hui que cette supposition n’est pas exacte. Ces scientifiques sous la conduite de Paul Kozowyk et Geeske Langejans ont découvert pas moins de trois manières d’obtenir du brai à partir d’écorce de bouleau. La méthode la plus simple ne nécessite qu’un morceau d’écorce et du feu.

Archéologie expérimentale
Les chercheurs arrivèrent à cette constatation remarquable en utilisant les quelques outils dont les hommes de Néandertal disposaient. Les chercheurs eurent recours à l’archéologie expérimentale car très peu d’adhésif a été conservé et parce qu’aucune preuve archéologique directe n’a été trouvée permettant de déduire quelle méthode de production a été utilisée par les hommes de Néandertal pour l’acquisition de brai.

Le contrôle de la température
Lors des tentatives précédentes menées par des scientifiques, seule une très petite quantité de brai a été obtenu à partir d’écorce de bouleau, ou même pas du tout, remarque Kozowyk. On pense que c’est parce qu’il est nécessaire de garder le feu à température constante. On a cependant découvert qu’il y a plusieurs manières de produire du brai et que certaines de ces manières fonctionnent aussi avec une forte variation de température. Le contrôle précis de la température n’est donc pas aussi important que ce que l’on pensait initialement.

Du simple au complexe
Kozowyk et ses collègues supposent que les hommes de Néandertal découvrirent la production de brai en combinant des connaissances existantes et des matériaux connus. Le processus a pu commencer par une méthode simple pour laquelle seul du feu et de l’écorce de bouleau sont nécessaires puis les hommes de Néandertal seraient passés à une méthode plus complexe avec un rendement en brai de bouleau plus important.

Référence
Kozowyk, P., Soressi, M., Pomstra, D., Langejans, G. (2017). Experimental methods for the Palaeolithic dry distillation of birch bark: implications for the origin and development of Neandertal adhesive technology.
https://www.nature.com/articles/s41598-017-08106-7

Outre la description de trois techniques pour obtenir du brai de bouleau, l’article est intéressant pour les pistes bibliographiques qu’il donne sur les traces archéologiques relatives au brai de bouleau et sur les plus anciens indices d’emmanchement.

Quelques références sur la découverte de brai de bouleau en contexte archéologique

Le plus ancien : Campitello Quarry (Italie), il y a environ – 200 000 ans
Mazza, P. P. A. et al. A new Palaeolithic discovery: Tar-hafted stone tools in a European Mid-Pleistocene bone-bearing bed. J. Archaeol. Sci. 33, 1310–1318, doi: 10.1016/j.jas.2006.01.006 (2006). Consulter l’article en ligne

Königsaue (Allemagne) : environ – 80 000 ans
Koller, J., Baumer, U. & Mania, D. High-tech in the Middle Palaeolithic: Neandertal-manufactured pitch identified. European Journal of Archaeology 4, 385–397, doi: 10.1177/146195710100400315 (2001).

Inden-Altdorf (Allemagne) : environ -120 000 ans
Pawlik, A. F. & Thissen, J. P. Hafted armatures and multi-component tool design at the Micoquian site of Inden-Altdorf, Germany. J. Archaeol. Sci. 38, 1699–1708, doi: 10.1016/j.jas.2011.03.001 (2011).


Découverte de restes d’adhésif en contexte mésolithique
Star Carr (Grande-Bretagne), 8770-8460 cal BC
Aveling, E. & Heron, C. Identification of birch bark tar at the Mesolithic site of Star Carr. Anc. Biomol. 2, 69–80 (1998).

Pulli (Estonie), 8700-8500 cal BC
Signe Vahur, Aivar Kriiska and Ivo Leito INVESTIGATION OF THE ADHESIVE RESIDUE ON THE FLINT INSERT AND THE ADHESIVE LUMP FOUND FROM THE PULLI EARLY MESOLITHIC SETTLEMENT SITE (ESTONIA) BY MICRO-ATR-FT-IR SPECTROSCOPY
Estonian Journal of Archaeology, 2011, 15, 1, 3ñ17 doi: 10.3176/arch.2011.1.01. Pour consulter l’article en ligne.


Technique de l’emmanchement
La technologie de l’emmanchement est connue depuis 300 000/200 000 ans et pourrait être aussi vieille que 50 000 ans
Wilkins, J., Schoville, B. J., Brown, K. S. & Chazan, M. Evidence for early hafted hunting technology. Science 338, 942 (2012).
Rots, V. Insights into early Middle Palaeolithic tool use and hafting in Western Europe. The functional analysis of level IIa of the early Middle Palaeolithic site of Biache-Saint-Vaast (France). J. Archaeol. Sci. 40, 497–506, doi: 10.1016/j.jas.2012.06.042 (2013).
Rots, V., Hardy, B. L., Serangeli, J. & Conard, N. J. Residue and microwear analyses of the stone artifacts from Schöningen. J. Hum. Evol. 89, 298–308, doi: 10.1016/j.jhevol.2015.07.005 (2015).
Rots, V. Prehension and Hafting Traces on Flint Tools: A Methodology. (Universitaire Pers Leuven, 2010).


Utilisation du bois par NĂ©andertal
Schoch, W. H., Bigga, G., Böhner, U., Richter, P. & Terberger, T. New insights on the wooden weapons from the Paleolithic site of Schöningen. J. Hum. Evol. 89, 214–225, doi: 10.1016/j.jhevol.2015.08.004 (2015).
Hardy, B. L. Neanderthal behaviour and stone tool function at the Middle Palaeolithic site of La Quina, France. Antiquity 78, 547–565, doi: 10.1017/S0003598X00113213 (2004).
Hardy, B. L. & Moncel, M.-H. Neanderthal use of fish, mammals, birds, starchy plants and wood 125–250,000 years ago. PLOS ONE 6, e23768, doi: 10.1371/journal.pone.0023768 (2011).

22 septembre 2017

Jeudi 26 et vendredi 27 octobre 2017 – Colloque « Composer avec l’ennemi en 14-18? » Ă  Dampremy (Charleroi)

Filed under: ConfĂ©rences — HĂ©lène Collet @ 10:10


(more…)

19 septembre 2017

Dimanche 8 octobre 2017 – JournĂ©e portes ouvertes du Centre des mĂ©tiers du Patrimoine « la Paix-Dieu »

Filed under: Expositions, Visites et Ă©vĂ©nements — HĂ©lène Collet @ 9:09

Le dimanche 8 octobre 2017, le Centre des métiers du Patrimoine « la Paix-Dieu » ouvre ses portes au public de 11h à 18h à Amay.

Organisée en collaboration avec la Maison du Tourisme Meuse-Condroz-Hesbaye, la journée portes ouvertes du Centre des métiers du patrimoine « la Paix-Dieu » permet au public de découvrir les activités du Centre et les savoirs et savoir-faire des artisans du patrimoine bâti.

Le travail de la charpente, les métiers de la pierre, les arts décoratifs, la couverture en ardoises naturelles, seront notamment mis à l’honneur.

Pour pimenter cette 11e édition, le patrimoine gastronomique de la région sera également de la partie : des artisans locaux proposeront en dégustation et à la vente un assortiment de produits de bouche.

Au programme :
– dĂ©monstrations de mĂ©tiers et ateliers « live »
– activitĂ©s ludiques pour les enfants
– visites guidĂ©es du site de l’ancienne abbaye, son Ă©glise, son moulin, son colombier, ses vergers
– prĂ©sentation de l’offre de formations spĂ©cialisĂ©es, thĂ©oriques et pratiques destinĂ©es aux professionnels des secteurs de la construction et du patrimoine
– dĂ©couverte des diffĂ©rentes activitĂ©s pĂ©dagogiques de sensibilisation au patrimoine et Ă  ses mĂ©tiers
– prĂ©sence de nombreux partenaires des secteurs du patrimoine, de la formation professionnelle et de l’enseignement

Entrée gratuite – Parking aisé – Bar en plein air et petite restauration

Partagez l’évènement www.facebook.com/events/2004234709806206

INFOS
INSTITUT DU PATRIMOINE WALLON
Centre des métiers du patrimoine « la Paix-Dieu »
Rue Paix-Dieu 1B • 4540 Amay • BELGIQUE
infopaixdieu@idpw.be • www.paixdieu.be
Tél. +32 (0)85 410 350 • Fax +32 (0)85 410 380

15 septembre 2017

Du 19 septembre au 19 novembre 2017 – Exposition « Les mĂ©tiers de l’archĂ©ologie » Ă  Comblain-au-Pont

Filed under: ConfĂ©rences — HĂ©lène Collet @ 20:20

Le MusĂ©e du Pays d’Ourthe-Amblève Ă  Comblain-au-Pont accueille du 19 septembre au 19 novembre 2017 l’exposition « Les mĂ©tiers de l’archĂ©ologie » qui prĂ©sente un ensemble de photos rĂ©alisĂ©es par Guy Focant pour le Service public de Wallonie ainsi que des tĂ©moignages rassemblĂ©s par le PrĂ©histomuseum de FlĂ©malle qui constitue une immersion dans le monde de l’archĂ©ologie et la diversitĂ© de ses mĂ©tiers. Elle sera accessible du mardi au dimanche de 10h Ă  17h et les lundis fĂ©riĂ©s et de congĂ© scolaire. L’entrĂ©e est payante.

Par le biais de la photographie et aidĂ© des tĂ©moignages des divers intervenants, le photographe Guy FOCANT a souhaitĂ© illustrer les diverses facettes de l’archĂ©ologie moderne, suivre l’Ă©volution de la dĂ©marche scientifique depuis l’analyse prĂ©alable du site jusqu’Ă  l’Ă©tude finale des rĂ©sultats et la prĂ©sentation des objets restaurĂ©s, mais aussi dĂ©poussiĂ©rer une image souvent stĂ©rĂ©otypĂ©e d’une profession peu ou mal connue.
L’archĂ©ologue d’aujourd’hui a su suivre l’Ă©volution de notre sociĂ©tĂ©. Toujours omniprĂ©sent sur le terrain, chef d’orchestre, lien indispensable avec les amĂ©nageurs du territoire, il encadre Ă  prĂ©sent une Ă©quipe de techniciens et d’opĂ©rateurs spĂ©cialisĂ©s dont le savoir-faire est ici illustrĂ©. Souligner l’importance du dĂ©veloppement des sciences annexes – certaines Ă©taient encore balbutiantes voici quelques annĂ©es – Ă©tait essentiel, tout comme situer chacun des indispensables maillons dans le processus de recueil et d’analyse multidisciplinaire des donnĂ©es.
Ce témoignage photographique vous permet de franchir les grilles des chantiers wallons, ouvre les portes des institutions, ateliers et laboratoires. Il montre au grand jour le travail rarement médiatisé de ces femmes et de ces hommes passionnés et passionnants, pour vous faire découvrir comment, grâce à leur expertise, ils contribuent à enrichir nos connaissances du passé et lèvent toujours un peu plus le voile sur le mode de vie de nos ancêtres.

OĂą
Musée du Pays d’Ourthe-Amblève – Place Leblanc, 1 à Comblain-au-Pont

Quand
Du 19 septembre au 19 novembre 2017
Mardi au dimanche de 10 Ă  17h00

Tarifs
Adulte (12 ans et +) : 3 € – Enfant de 4 – 11 ans : 1,5 €

Lien
MusĂ©e du Pays D’Ourthe-Amblève

13 septembre 2017

Vendredi 24 et samedi 25 novembre 2017 – 32e colloque interrĂ©gional sur le NĂ©olithique au Mans (France)

Filed under: ConfĂ©rences,NĂ©olithique — HĂ©lène Collet @ 12:12


Les vendredi 24 et samedi 25 novembre 2017, aura lieu le 32e colloque interrégional sur le Néolithique au Mans (Sarthe, France). Le thème retenu pour le colloque est « Statut des objets, des lieux et des Hommes au Néolithique »

Lieu – Palais des congrès et de la culture, Rue d’Arcole – 72 000 Le Mans
Plus d’information sur le blog de l’association InternĂ©o
Le thème

Le thème retenu pour le 32e colloque interrĂ©gional sur le NĂ©olithique est « Statut des objets, des lieux et des Hommes au NĂ©olithique ». Le terme de statut s’entend au sens large, renvoyant Ă  des aspects tant techniques qu’Ă©conomiques, sociologiques, culturels ou symboliques des faits observĂ©s et Ă©tudiĂ©s par l’archĂ©ologie. Son usage impose de chercher des logiques relationnelles, première Ă©tape vers une reconstitution de rĂ©seaux, voire de systèmes cette fois plus dynamiques, et cela dans des sphères symboliques, Ă©conomiques ou techniques. Cette ambition passe par l’Ă©laboration claire des paramètres reconnus comme pertinents par l’archĂ©ologue. Quels sont les critères de diffĂ©renciation que l’on peut percevoir au sein des diffĂ©rentes rĂ©alitĂ©s prĂ©historiques ? Et Ă  quelles rĂ©alitĂ©s du passĂ© nous renvoient-ils ?

Dans une perspective fonctionnelle ou palĂ©o-Ă©conomique, de nombreux travaux entendent reconstituer l’organisation des terroirs nĂ©olithiques, Ă  partir des donnĂ©es issues d’habitats, d’aires funĂ©raires ou d’ateliers spĂ©cialisĂ©s (sites d’extraction de matĂ©riaux, de production d’objets, de stabulation…). La multiplication des dĂ©couvertes archĂ©ologiques rĂ©centes, qui renseignent parfois de manière poussĂ©e sur l’organisation de certains espaces, ainsi que la variĂ©tĂ© des Ă©tudes spĂ©cialisĂ©es menĂ©es sur les habitats, les objets ou les restes humains rendent possibles de telles approches qui visent Ă  identifier les liens et les oppositions, bref Ă  proposer une structuration. Comment ont Ă©tĂ© dĂ©finies les diffĂ©rentes entitĂ©s qui composent ces hypothĂ©tiques rĂ©seaux ? Quels sont les critères les plus pertinents pour assigner une fonction Ă  un habitat ou Ă  une zone particulière de cet habitat ?
Le statut des objets eux-mĂŞmes a fait l’objet de nombreux travaux rĂ©cents, qu’il s’agisse des lames de hache, des poteries ou des bracelets. Ils sont fondĂ©s sur le postulat d’une « valeur » ou d’un « potentiel » confĂ©rĂ©s par la sociĂ©tĂ©, qui a incitĂ© Ă  leur transfert dans l’espace. C’est le statut de l’objet qui assure, en quelque sorte, sa dissĂ©mination et de ce fait son identification comme un fossile-directeur commode pour le prĂ©historien. Mais ce qui est rare est-il prĂ©cieux ?
On peut aussi tenter d’entrer dans ce système de valeurs par la valorisation sociale des hommes et femmes. La disposition de l’objet dans une sĂ©pulture ou parfois sa raretĂ© au sein des assemblages sont prĂ©sumĂ©es traduire une certaine position dans un système de valeur du NĂ©olithique. Cela suffit-il Ă  dĂ©noter un statut particulier pour cet individu ? Comment l’archĂ©ologue peut-il contrecarrer les effets de l’anthropocentrisme, de son bagage idĂ©ologique et de ses propres valeurs ?

Comme Ă  l’accoutumĂ©e, une journĂ©e du colloque sera consacrĂ©e Ă  l’actualitĂ© de la recherche.

ComitĂ© d’organisation
Association InterNĂ©o
Nicolas Fromont (Inrap), Grégor Marchand (Cnrs), Guy San Juan (MCC), Sylvie Barbier (Inrap), Philippe Forré (Inrap)

Programme
(more…)

12 septembre 2017

Participant’s registration closure for the « 11th International Symposium on Knappable Materials: From toolstone to stone tools » (Buenos Aires) on September 15th

Filed under: ConfĂ©rences — HĂ©lène Collet @ 11:11

You will find here the preliminary program of the « 11th International Symposium on Knappable Materials: From toolstone to stone tools », which will be held in Buenos Aires and Necochea (Argentina) between November 7th and 12th, 2017 and information about the optional field trip. For further information about this activity, please write to norafleg at gmail.com
Preliminary program
Optional field trip

Organising committee would like to remind you that participant’s registration closes next September 15th. After that date, registration for participation will not be possible.

E-mail adress to contact organisers : 11iskm2017 at gmail.com

See also the website : and the Facebook page

Powered by WordPress