Frances Healy, Peter Marshall, Alex Bayliss, Gordon Cook, Christopher Bronk Ramsey, Johannes van der Plicht et Elaine Dunbar ont publié en décembre 2018 dans les Proceedings of the Prehistoric Society un article intitulé «When and why ? The chronology and context of flint mining at Grime’s Graves, Norfolk, England».

Dans cet article, les auteurs proposent une nouvelle chronologie détaillée de l’exploitation des minières à silex de Grime’s Graves dans le Norfolk et obtiennent une résolution jamais atteinte auparavant pour un tel type de site. L’étude s’appuie sur un programme de datation effectué à l’initiative de l’English Heritage (aujourd’hui Historic England). Aux 145 datations déjà effectuées à la fin des années 2000, notamment par le British Museum, 162 nouvelles dates furent réalisées. L’analyse minutieuse des résultats obtenus et des contextes a conduit les auteurs à écarter un certain nombre de dates, ce qui est discuté en détail dans la publication. Les dates retenues ont ensuite été modélisées et donnent une image renouvelée de l’exploitation du silex à Grime’s Graves.

Les puits les plus sophistiqués, avec exploitation souterraine en galerie et un puits d’accès pouvant atteindre 12 m de profondeur, sont la plus ancienne forme d’exploitation sur le site. Ils remontent au 3ème quart du 27e siècle avant notre ère. Ce type d’exploitation s’achèverait aux alentours de 2400 ans avant notre ère. A l’ouest du site le creusement de puits plus simples et moins profonds se poursuivrait ensuite encore pendant environ 300 ans, soit jusqu’aux alentours de 2100 ans avant notre ère. Après une interruption d’environ un demi-millénaire, l’extraction minière reprend brièvement durant une centaine d’années, de la moitié du 16e siècle à la moitié du 15e siècle avant notre ère. Ces datations récentes ont été obtenues sur les puits dits primitifs, fouillés notamment dans l’entre-deux guerres par Leslie Amstrong, qui à l’époque les considéraient comme paléolithiques. Ces puits primitifs rendus à l’Age du Bronze grâce aux datations radiocarbone se distinguent par l’utilisation d’outils en os qui trouvent de nombreux parallèles dans les mines de cuivre du début de l’Age du Bronze en Grande-Bretagne.

Pour accéder à l’article : https://www.cambridge.org/core/journals/proceedings-of-the-prehistoric-society/article/when-and-why-the-chronology-and-context-of-flint-mining-at-grimes-graves-norfolk-england/8DC108EBFDCF4EE3E7468757EB7E96FF

Pour en savoir plus sur l’historique des recherches à Grime’s Graves : https://www.english-heritage.org.uk/visit/places/grimes-graves-prehistoric-flint-mine/history/research/#a8-grime-r