Autour de Spiennes

Le blog des mines néolithiques de Spiennes et de l'archéologie en Wallonie

12 février 2013

Il y a 40.000 ans, Asiatiques et Européens avaient déjà divergé génétiquement

Filed under: Paleo et MĂ©so,Presse & Medias — Jean-Pierre LIPPUS @ 0:00

l-os-de-jambe-de-l-homme-decouvert-dans-la-grotte-de-tianyuana-qui-a-servi-a-l-analyse-genetique_57177_w250Publiant ses travaux dans PNAS, une Ă©quipe internationale a Ă©tudiĂ© l’ADN d’un Homo sapiens fossile vieux d’environ 40.000 ans dĂ©couvert non loin de PĂ©kin. Ils ont Ă©tabli que cet individu, gĂ©nĂ©tiquement distinct de la lignĂ©e humaine europĂ©enne, partageait des ancĂȘtres communs avec ceux des Asiatiques et AmĂ©rindiens actuels.

Des chercheurs de l’Institut Max Planck d’anthropologie Ă©volutive de Leipzig (Allemagne) et de l’AcadĂ©mie des Sciences de Chine Ă  PĂ©kin ont collaborĂ© pour sĂ©quencer l’ADN (nuclĂ©aire et mitochondrial) extrait d’un fossile vieux de 40.000 ans. Celui-ci appartient Ă  un homme anatomiquement moderne dĂ©couvert en 2003 dans la grotte de Tianyuan, prĂšs de PĂ©kin, et est l’un des fossiles d’Homo sapiens les plus anciens connus en Asie.

Pour sĂ©quencer et Ă©tudier le gĂ©nome de cet ancĂȘtre, les chercheurs ont utilisĂ© de nouvelles techniques permettant d’éviter toute contamination par de l’ADN moderne. L’analyse gĂ©nĂ©tique de ces ossements a alors montrĂ© que leur propriĂ©taire partageait une origine commune avec les ancĂȘtres de nombreux Asiatiques et AmĂ©rindiens d’aujourd’hui. Mais Ă©galement que cet homme prĂ©historique possĂ©dait la mĂȘme proportion de matĂ©riel gĂ©nĂ©tique nĂ©andertalien et denisovien que ses ‘compatriotes’ actuels.

Cette dĂ©couverte suggĂšre ainsi que lorsque vivait cet homme, il y a 40.000 ans, les ancĂȘtres des Asiatiques et AmĂ©rinidiens d’aujourd’hui avaient dĂ©jĂ  divergĂ© gĂ©nĂ©tiquement de ceux dont descendent les EuropĂ©ens modernes. « Cet individu de la grotte de Tianyuana vĂ©cu pendant une transition importante de l’Ă©volution, quand les premiers hommes modernes (
) ont remplacĂ© les NĂ©andertaliens et les Denisoviens qui, plus tard, se sont Ă©teints », a expliquĂ© Svante PÀÀbo, directeur de l’étude. Mais « de nouvelles analyses, sur d’autres hommes modernes fossiles d’Eurasie, affineront notre comprĂ©hension sur ‘quand’ et ‘comment’ ceux-ci se sont rĂ©partis en Europe et en Asie », a t-il soulignĂ©.

Source : Maxisciences

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post.

Sorry, the comment form is closed at this time.

Powered by WordPress